Un voyage à Berlin 3


Version:1.0 StartHTML:0000000209 EndHTML:0000006877 StartFragment:0000002482 EndFragment:0000006841 SourceURL:file://localhost/Users/Job/Desktop/___JO/Josiane%20Ecrire-Lire/Expositions/Berlin2014-02.doc

Un voyage à Berlin

Berlin, sonnait le tocsin en 1961 quand, à la radio, on annonçait la séparation de la zone sous surveillance russe des trois autres, l’américaine, l’anglaise et la française. La guerre froide pouvait s’installer. Aujourd’hui les guerres semblent s’accorder au réchauffement climatique, ça explose et ça brûle, ça tue énormément. Elles sont ailleurs et Berlin respire au large.

 

Berlin ! On finirait par en voir des images du mur, des barbelés de la première génération au double mur, côté Berlin-Est il allait atteindre les 3,80 mètres. Il y avait aussi des miradors, ce nom a quelque chose d’enchanteur et de terrifiant, il y avait un no man’s land, territoire ratissé comme un jardin zen. Enfin la Spree, ni douce ni endormeuse, faisant office de fleuve des enfers.

 

Berlin ! On avait aussi entendu en 1963, deux ans après l’érection, John Fitzgerald Kennedy s’exclamer : « Ich bin ein Berliner ». Mais on avait laissé le temps au mûrissement de la lutte intérieure, il y eut Gdansk qui fit son bruit et son saccage, c’était en 1980 ; les rongeurs de l’intérieur étaient à l’œuvre, les mailles du rideau de fer s’élargissaient.

 

Berlin ! L’explosion de joie de 1989. Nous n’y sommes pas tous allés, mais nous avons tous pleuré de joie. Nombreux étions-nous à avoir connu au moins un pays communiste de l’immense URSS.

 

Aujourd’hui, d’autres murs, sanglants. A quoi sert l’histoire. Ni la petite ni la grande histoire n’enseignent rien à l’homme qui n’a que des « oneilles » de primaire Ubu.

 

J’aime l’Allemagne comme notre père prisonnier de guerre durant cinq années, nous y a toujours invité. Il était temps enfin de découvrir Berlin, au gré des connaissances de F. et B. et un groupe de taille raisonnable.

 

Alors Berlin ? Ville réunifiée, pas dans tous les esprits car des tensions sont à l’œuvre entre nantis et ceux qu’on a portés à bout de capitaux, entre les nouveaux immigrés (scène violente verbalement entre une jeune noire qui maudissait au nom de Dieu une femme allemande d’une cinquantaine d’années ; laquelle avait soulevé l’ire ?). Berlin ville dynamique ouverte aux appétences des diplômé-e-s d’Europe. Ville des architectures internationales où s’abritent des bureaux de technocrates, des musées qui commémorent et assainissent le souvenir, pendant qu’ailleurs on construit, des murs encore, des exclus, des morts sous les décombres.

Berlin, un poumon, protégé et des artères où pulse la vie, comme on la voudrait partout. 5 et 12 juillet 2014.

 

Parfois rendue au silence des siècles, dans le regard porté loin vers un indéfinissable temps ou lieu, révolu ou à paraître, celui de Nefertiti, reine d’une éternité transplantée.

 


A propos de josineb

Josiane Bataillard vit à Belfort et boit l'eau du robinet. Elle habite dans les livres, à l’abri des pages où s’écrit la vie à l'endroit, à l'envers.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Un voyage à Berlin

  • Noël Claude

    Cher Josiane,
    Je parcours ton site et je suis admiratif … Je pense aussi poursuivre les écrits , mon mon blog que j’avais entrepris puis stoppé est insuffisant car trop séquentiel.
    A PROPOS DE BERLIN, je suis en train de lire « berlin alexander platz » et je vais réaliser un petit film très musical sur mes impressions de Berlin en Juillet dernier.
    J’ai essayé de te joindre un visuel sur ton site mais pas possible.
    Je te le joins par mail.

    Bises

    Noël 5 septembre 2014

    • josineb Auteur du billet

      Merci, Noël, nous sommes des débutants, mais l’enthousiasme nous est une nourriture solide. Apprendre, découvrir, partager. Se réjouir ensemble. Jo