Apostille 03 : Mahmoud Darwich


Mahmoud Darwich, Etat de siège, poème traduit de l’arabe (Palestine) par Elias Sanbar, Actes Sud/Sindbad 2004. Avec les photographies d’Olivier Thébaud

Suite de petits poèmes qui n’en forment qu’un. Saisissement d’un être au monde prisonnier du monde (séparation, sang et deuil) mais libre  en poésie où s’épanouit l’invitation à l’échange et à l’espérance.

« En profondeur, en profondeur

Le présent du verbe poursuit

Ses tâches manuelles

Derrière la cible. » p. 47

http://www.babelio.com/couv/cvt_tat-de-siege_911.jpeg

photo de couverture

« La martyre fille de la martyr fille du martyr

Sœur du martyr et sœur de la martyr et bru

De la mère du martyr, petite fille d’un grand-père de martyr

Et voisine de l’oncle du martyr, etc., etc.

Et rien de nouveau dans le monde civilisé.

Les temps de barbarie sont passés,

La victime est anonyme, banale,

La victime… comme la vérité… est relative.

Etc. , etc. » p. 83

« Un peu d’absolu bleu infini

Suffira

Pour alléger le fardeau de ces temps

nettoyer la fange de ce lieu. » p. 51

Les champs de l’espérance sont encore à labourer.

Les chants de l’espérance sont à composer. A l’opposé du mode du djihad. Que dire d’autre ?


A propos de josineb

Josiane Bataillard vit à Belfort et boit l'eau du robinet. Elle habite dans les livres, à l’abri des pages où s’écrit la vie à l'endroit, à l'envers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *