Apostille 09 : les marionnettes endormies 2


Créées pour être montrées – comment on les fabrique avec peu de moyens et de nombreuses imperfections – elles ont été manipulées, jouées par les enfants de plusieurs classes, derrière un tissu tendu. Le spectacle, pour des débutants et débutantes, était autant devant que derrière le rideau. Les dialogues, peu originaux. Par contre, l’envie de jouer était manifeste.

Saint -Nicolas cache sous sa mitre le nom d'une grande firme qui vend  l'eau de  tout un chacun, pour un profit bien trop élevé.

Saint -Nicolas cache sous sa mitre le nom d’une grande firme qui vend l’eau de tout un chacun, pour un profit bien trop élevé.

Quelques jours avant le départ, il fallait les rendre au silence d’une boite, où les voici reléguées, un peu ridicules avec leurs faces peintes et leurs coiffes bizarres. Les enfants, les tout petits, les retrouveront un jour, quand Nouha et Souha les feront vivre de nouvelles aventures. Au printemps quand fleuriront les orangers et les jasmins,  persistantes effluves qui balaieront le rouge froissé des coquelicots de Palestine.

 

Endormies, mélangées, toute pudeur oubliée.

Endormies, mélangées, toute pudeur oubliée.

P1000853Pierre mon Pierrot, prête-moi ta plume que j’écrive la suite d’un bref séjour à Beit Jala…


A propos de josineb

Josiane Bataillard vit à Belfort et boit l'eau du robinet. Elle habite dans les livres, à l’abri des pages où s’écrit la vie à l'endroit, à l'envers.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Apostille 09 : les marionnettes endormies

  • Patricia Crelier

    Chère Jo,

    Ces marionnettes sont à l’image de ce que tu nous racontes depuis le début de ton voyage, belles et fragiles, tissus somptueux et têtes de papier, faites de rien et de tous les possibles…

    • josineb Auteur du billet

      je souhaiterais qu’elles soient à l’image de ce pays. Somptueuses autant que le coeur simple des gens qui l’habitent, et fragiles comme les frontières, même quand elles sont de hauts murs.