La Brouillonne des livres : Fabrice Humbert


La Brouillonne des livres se propose d’écrire un bref article sur les livres lus, dans le plus grand désordre de multiples occupations.  Ici point de constance, le hasard : on m’a prêté, recommandé, suggéré, ou la nécessité d’une préparation d’atelier ou de lecture…

Fabrice Humbert, Eden utopie, nrf Gallimard , 2015

Rencontré FH à Auxelles-Haut, lors des Petites Fugues. L’auteur est charmant, plus que cela, intéressant. J’acquière son premier roman : Autoportraits en noir et blanc, et le dernier. J’en déduis que FH n’a pas à ses débuts la fibre romanesque affinée, qu’il a par contre une veine méticuleuse et attentive pour l’autobiographie familiale qu’il qualifie néanmoins de roman.

Après la page de garde un arbre généalogique  remonte jusqu’à sa grand-mère maternelle. 277 pages de portraits et de réflexions, en perspective avec chaque époque et les deux branches maternelles qu’il effleure de la réminiscence des Rougon-Maquart, une allusion et rien de plus.

La gageure, c’est d’envisager avec la même empathie la réussite des uns, même si peu prévisible, et le non  moins prévisible échec. Témoin – il a enquêté on le sent avec délicatesse, recoupé des témoignages – puis écrit avec une grande bienveillance. Sa famille a partagé les rencontres au plus haut niveau de la société politique et culturelle de son enfance (années 1980 – 2000), quand certaine cousine a travaillé pour Action Directe, d’autres cousins ont mené une vie de presque rien. FH écrit aussi bien la réussite que l’échec. C’est là sa force.

 

 

 


A propos de josineb

Josiane Bataillard vit à Belfort et boit l'eau du robinet. Elle habite dans les livres, à l’abri des pages où s’écrit la vie à l'endroit, à l'envers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *