Colonialisme, impérialisme et des masques religieux… A propos de la Palestine


Trois lobbys jouent d’influence :

  • le lobby de l’armement,
  • le lobby pharmaceutique (trafic d’organes),
  • le lobby technologique.

Mustapha, celui qui en tant qu’ami nous a conduit-e-s en 2014, dans Jérusalem qu’il connaît depuis son enfance, était l’invité de Palestine Amitié Besançon, le jeudi 10 mars. Propos engagé devant une nombreuse assemblée.

Ni à l’autorité palestinienne compromise, ni à l’occupant des colonies israéliennes sur territoire cisjordanien, ni à la France, il ne fait de cadeau. Son unique cheval de bataille est la démocratie et la libre expression qui en est l’apanage. Normalement.

Son sourire ravigote, ce qu’il affirme avec calme renverse les discours qui invoquent la religion, les intégrismes, comme la cause unique du problème palestinien. Sur terre palestinienne, juifs, chrétiens et musulmans ont toujours cohabité.

 

Mustapha, de Jérusalem est

Mustapha, de Jérusalem est

Colonialisme, impérialisme et production d’un discours religieux

Des colonisations successives

Il ne cite pas – ou peut-être n’ai-je pas entendu – la colonisation arabe après l’hégire, puis les mamelouks, les croisés, les Bysantins, les ottomans, les Anglais. Dès  la Déclaration Balfour en 1915 la création actée d’un état juif en Palestine. Qui fait de tous les autochtones, chrétiens ou musulmans des « non-juifs » , l’effacement par la négation.

Une colonisation visible

Les colonies israéliennes sont de gigantesques maquettes au tracé uniforme avec infrastructures internes, des maisons mitoyennes, et externes – un mur, des checkpoints – . Des maquettes descendues du ciel se poser sur une colline, ou surgies du sol, comme par enchantement. Un peu comme nos HLM ont dressé leurs parallélépipèdes troués de fenêtres, dans les années soixante.

Le mur, un mur à rallonge, la ligne verte des Accords d’Oslo (1987, qui reprend en compte celle tracée en 1949, un tracé non reconnu par les accords internationaux) fait environ 620 km, le mur de séparation mesure actuellement 880 km.

Une colonisation plus insidieuse Un plan d’occupation du territoire de Cisjordanie (rappel de l’existence de 3 zones)

A sous autorité policière et administrative palestiniennes 13% du territoire

B sous autorité policière israélienne et administrative palestinienne 27% du territoire

C sous autorité policière et administrative israélienne 60 % du territoire

De B à C ou inversement il n’est pas interdit pour Ahmed ou Saïd de tomber amoureux de Juliette ou Fatima, l’un ne résidant pas dans la même zone que l’autre, mais s’il y a conception et venue d’un enfant dans quelle zone le déclarer, puisque ni l’un ni l’autre ne peuvent habiter sous le même toit ; conception illégale, déclaration impossible : 7000 enfants sont ainsi illégaux. On voudrait favoriser la consanguinité, un eugénisme déguisé.

La partition en zones et la possibilité en un temps record de verrouiller les checkpoints tend à dessiner trois pôles, comme autant de réserves de main d’oeuvre bon marché, autour de Naplouse, Ramallah, Hébron (du nord au sud).

La colonisation engendre l’impérialisme et réciproquement

Des  Palestiniens sans travail sont employés à bas prix dans les colonies ; tout est fait – études rendues difficiles à l’intérieur de Cisjordanie comme à l’étranger, multiplication des servitudes administratives, terres et eaux spoliées – tout est organisé pour faire des Palestiniens une main d’œuvre d’Indiens. Réservoir de bras à bon marché.

Adoubement par la France, d’une politique pensée avec une systématique efficacité, qui délivre en 1956, l’arme nucléaire (Guy Mollet et Shimon Perez).

Terre sainte, terre des trois religions révélées, un lourd fardeau !

Obstiné, patient, ses humeurs toujours tempérées par son humour

Obstiné, patient, ses humeurs toujours tempérées par son humour

Il arrive qu’on entende aujourd’hui, simultanément l’appel du shofar, du muezzin et les cloches des différentes communautés chrétiennes. Quoi de plus simple. Mustapha dit sa triple appartenance, musulmane, juive et chrétienne.

Alors les voix de la discorde – ces discours religieux d’intolérances – sont les habits et les masques d’un carnaval de l’impérialisme.

« Tu ne tueras point »

Exclure ! DONC tuer ?

Impérialisme de certains évangélistes américains bien relayés en Europe pour lesquels la parousie ne peut se réaliser que dans la Jérusalem terrestre.

Impérialisme waabite d’Arabie Saoudite et du Qatar

Impérialisme des juifs intégristes

Tuer ! POUR exclure !

On voudrait nous faire croire qu’être anti-sioniste c’est être anti-sémite ?

Que le boycott initié contre l’apartheid en Afrique du sud était légitime et qu’il serait illégal, ici, quand il vise les produits israéliens obtenus sur les territoires colonisés ?

Bonnes et mauvaises nouvelles

Actuellement, et pour arrêter les attaques solitaires, : attaques par de jeunes adolescent-e-s palestinien-ne-s aussitôt abattu-e-s, de civils ou soldats israéliens, dites à tort Intifada des couteaux, d’autres jeunes connectés et cagoulés, viennent devant les soldats, s’asseoir, et allumer les bougies d’un gâteau d’anniversaire.

On annonce (13 mars, France Culture) la fermeture d’une télévision à Ramallah

On annonce (France Culture 12 ou 11 mars), la mise au point d’une application par un jeune Palestinien pour donner en temps réel la fluidité ou l’encombrement des checkpoints.

Il existe (Mustapha) des tirelires à l’entrée des villes ou des villages pour participer à la reconstruction des maisons détruites.

En guise de salutation, Mustapha nous apporte le message de son père, 75 ans

Rappelle à tes amis de France qu’il y a cinq ans, les Syriens ont commencé à manifester pour demander la levée de l’état d’urgence.

Mustapha ajoute:

On ne peut pas aider l’autre à se libérer sans l’être soi-même.

En nous raisonne le slogan : il est urgent d’arrêter l’état d’urgence, avant que nous ne prenions le pli d’ouvrir nos sacs à main…

 

 

 

 

 


A propos de josineb

Josiane Bataillard vit à Belfort et boit l'eau du robinet. Elle habite dans les livres, à l’abri des pages où s’écrit la vie à l'endroit, à l'envers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *