Libres Regards, édition 7, Belfort et Franche-Comté


http://festivallibresregards.co

Le lien donné en exergue dira tout le programme de ce festival, à la croisée du genre et/ou des genres.

Le festival pose ou expose la question du genre, sans manichéisme vitupérant. Questions posées, réponses abordées au travers de films, installations sonores, danse, arts contemporains, droits humains, littérature, musique, jeune public et rencontres.

Les réponses ne sont pas closes ; elles n’obligent en rien, sinon à éveiller les oreilles attentives. Et les autres ? Qui sait, une graine petite tombée dans votre jardin peut apporter des regards essorés de tous les a priori.

Quelqu’un ôte un masque, et voici, des feuilles, des fleurs… Qui d’autre le fera ?

 

 

 

 

 

9782742785704

jeudi 7 avril, à la médiathèque de Delle, plusieurs lecteurs et lectrices se retrouvaient pour enregistrer des textes divers : théâtre, romans, poésie, articles de presse, littérature jeunesse, avec le collectif nantais ÉTRANGE MIROIR. Leur installation durera du 7 au 17 mai. Programme et horaires détaillés sur la plaquette du festival.

Occasion de découvrir tel et telles auteur-e-s méconnu-e-s

Ainsi Emmanuel Darley, Le Mardi à Monoprix suivi de Auteurs vivants, livre paru chez Actes Sud-papiers en 2009.

Éviter de lire la quatrième de couverture qui met à plat tout le propos de ce théâtre monologué, qu’un seul ou plusieurs personnages pourraient interpréter. J’évite de tomber dans le piège. Le mérite de la pièce est que « la chose » se révèle petit à petit. Comme lors des tirages argentiques, quand jouer avec les ombres et la révélation du sujet, était du ressort du photographe, quelque chose juste à sa mesure.

De même le lecteur progresse dans un juste à sa mesure.

Une faç0n douce d’aborder la cruauté des rapports quand l’un n’admet rien ou ne veut rien admettre, ou voir, ou comprendre,de la réelle vie de l’autre. Nous ne sommes pas une vie, nous sommes des vies.

 

 


A propos de josineb

Josiane Bataillard vit à Belfort et boit l'eau du robinet. Elle habite dans les livres, à l’abri des pages où s’écrit la vie à l'endroit, à l'envers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *