La Brouillonne des livres : Auxelles-Haut, la nuit de la lecture 2


Les bénévoles, les bien vaillant-e-s, ont eu le trac, le trac qui fait craquer les os ! Et puis le jour J arrive, juste un peu de pluie, pas de neige, un feu à consoler tous les dos voûtés de l’hiver, et c’est gagné. Affluence ! Plus de quarante personnes  au long de la soirée et des enfants l’après-midi.

Mise en page de la salle : des marque-pages, les dernières acquisitions du fonds « Arbres, forêts, bois », des livres jeunesse, et dès 15h45 ouverture : contes pour enfants, 16h45  atelier d’écriture autour du marque pages, puis les rencontres …

 

Michelle Ballanger, premier roman paru au Rouergue

Avec Michelle Ballanger pour : Il est temps de faire un régime et d’apprendre à voler

Certaines personnes ont déjà lu ce roman, presque toutes, après l’entretien avec l’auteur, ont envie de lire les lettres écrites par Adam, l’écrivain public roumain, pour découvrir le cœur et les tourments des habitants d’une petite ville roumaine, et ce que la plume d’Adam retient depuis très longtemps. Écrire pour les autres c’est peut-être se cacher derrière ceux-ci. Apprendre à voler ?

 

 

 

 

19h : soupes et partages des tourtes, cakes et desserts. C’est de la culture  ces fumets qui caressent les pages des livres, ces propos partagés entre deux saveurs et ces :

  • Vous connaissez ce livre ? vous avez vu nos nouvelles acquisitions ? oui, je lis toute à l’heure avec un guitariste ! ça s’est bien passé votre atelier ? Le  boulot de libraires jeunesse, juste après … Même les adultes peuvent lire les livres jeunesse, le dernier que j’ai eu en main… santé, propos croisés, entrecoupés. ça foisonne.

Deux libraires : Caroline Planchenault et Nathalie Beau. C’est un métier qu’on apprend à l’école, ou sur le tas. Il suffit d’avoir un goût immodéré pour les histoires, les images, les livres qui ont ancré en nous un besoin, une rage de lire, voir et toucher des pages.

De gauche à droite  au premier plan : Caroline Planchenault, Nathalie Beau, François Fendeleur
Photo. Fabien V.

Les contraintes, les gains ? On ne déclare pas aux impôts les sourires des enfants et le merci d’un parent.

Lecture de la nouvelle : Là où l’humain se planque, de et par Angèle Casanova, accompagnée du guitariste Philippe Poirot.

Angèle Casanova et Philippe Poirot
Photo : Fabien V.

 

 

 

 

La guitare ne couvre pas la voix, elle la porte. Philippe Poirot est un musicien attentif aux mots et à la place qu’ils requièrent !

La suite de brèves phrases qui constituent la nouvelle, commence sur un rythme haché, puis soutenu, pas de fin de phrase tombée, un souffle tenu. Une danse s’installe, rythme la descente à la rue d’un pauvre type – il ne représente que le 20% du couple qu’il forme avec la « chieuse » – rythme sa liberté, celle de s’étendre à même le trottoir et d’y trouver son cri. La voix caresse le texte, un soupçon d’érotisme fait vibrer le trottoir.

Quelque virus récalcitrant a eu raison de notre résistance, celle de Fabien V. qui prenait les photos et la mienne. Une autre fois, nous écouterons avec plaisir les contes d’aimer de Laurence Hilaire-Salvi. L’invitation à elle seule donnait envie.

 

Les bénévoles avaient le sourire celui des lecteurs gourmands.

 

 

 


A propos de josineb

Josiane Bataillard vit à Belfort et boit l'eau du robinet. Elle habite dans les livres, à l’abri des pages où s’écrit la vie à l'endroit, à l'envers.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “La Brouillonne des livres : Auxelles-Haut, la nuit de la lecture