La Brouillonne des livres : Les Aventures extravagantes de Jean Jambecreuse, artiste et bourgeois de Bâle


Assez gros fabliau, est le sous-titre !

Gros par le nombre de pages, 362, plus gros encore par le ton égrillard qui doit son tribut à Rabelais, Marot, à son auteur, prompt à livrer ses personnages aux ripailles arrosées, aux parties gaillardes avec les ribaudes,  parfois avec d’innocentes  bergères. Ne soyons pas hypocrites, c’est encore d’actualité, les bergères sont des actrices tenues par leur producteur ou leur réalisateur. La partie la plus « fine » étant encore et toujours pour l’homme, tant que ses agissements ne sont pas dénoncés et jugés

Revenons à ce Jean Jambecreuse, Hans Holbein le jeune devenu Hohlbein (hohl signifie creux)sous la plume de Harry Bellet, pour oser cette traduction « Jambecreuse ».

Hans Holbein, Jean Jambecreuse, quitte Augsbourg en 1515, vient s’établir à Bâle, pour dix bonnes années, il y reviendra de 1528 à 1533.

 

Publié par Actes Sud Babel, avril 2018

Je ne pensais pas lire ce roman intégralement, et puis j’ai été conquise. L’entrée dans Bâle de l' »ymagier » qui découvre la rive droite du Petit Bâle, puis la rive gauche, le quartier de Alban Graben et ses moulins à papier (Le Papiermühle est un musée, des artisans l’animent : gravure, impression, fabrication du papier à base de chiffons) , puis la cathédrale… c’en était fait de ma résistance. Je l’ai lu, goulûment.

Début du XVIe siècle. Période de la rébellion : au nord de l’Allemagne la propagation des idées de « ce moine, Luther » appuyé par certains nobles  allemands, conforté par les révoltes paysannes. Période de l’Inquisition, en riposte.  Période de dissensions : à Bâle entre l’évêque endetté, les nobles et grands bourgeois qui revendiquent un pouvoir temporel. Débauches et moralisme d’un catholicisme exacerbé, Fastnacht et gibets du bourreau. Bouillonnement de l’imprimerie nouvelle, impression de l’Éloge de la Folie d’Erasme, présent à Bâle.

Histoire et histoire, la grande et la petite « hâche » sur un ton qui fait époque.

 

 

 

Harry Bellet donne sa bibliographie, remercie ses ami-e-s, avoue les licences qu’il a prises, joyeusement.

Ce roman roboratif.

 


A propos de josineb

Josiane Bataillard vit à Belfort et boit l'eau du robinet. Elle habite dans les livres, à l’abri des pages où s’écrit la vie à l'endroit, à l'envers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *